Saint-Nazaire : les maisons d'hébergement solidaire seront expulsées, et après ?

partager:
Le collectif Urgence Sociale a mobilisé devant la mairie de St Nazaire

Ils interpellent à nouveau les pouvoirs publics : les associations et soutiens du collectif Urgence sociale à St Nazaire se sont mobilisés en début d'après-midi devant l'Hôtel de Ville.

Une mobilisation en réaction à la décision de justice, tombée la semaine dernière : la Ville de St Nazaire avait en effet intenté une action contre l’occupation illégale de 2 maisons rue Jean de Neyman, et le juge a prononcé l’expulsion, avec un délai court, malgré l'espoir suscité lors des plaidoiries à l'audience du 27 avril.

L’huissier n’est pas encore passé, mais le collectif Urgence Sociale, à l'origine de l’installation des Maisons d’hébergement solidaire, sait qu’à partir de sa venue, il aura 2 mois pour quitter les maisons réquisitionnées boulevard Jean de Neyman à St Nazaire. La fin d’une occupation entamée en février 2021, et qui a vu l’accueil et l’accompagnement de 118 personnes en grande difficulté, parfois orientées vers ces maisons par des institutions et services sociaux débordés par les demandes. Le collectif espérait un bail précaire avec la mairie, ce qui n'a jamais abouti.

A ce jour, et pour l’instant, les hébergements continuent, y compris pour des familles avec des enfants. L'une d'elle a été contactée par le bailleur social Silène, mais rien n'est signé à ce jour. Pour les autres, les membres du collectif indiquent dans un communiqué qu'ils vont se "battre pour obtenir des garanties de relogement dignes et pérennes (...).", et rappellent l'importance de la question de l'hébergement d'urgence : selon l'association Droit au Logement 44, 900 personnes seraient sans abri sur le territoire de St Nazaire et de la CARENE...

[Mise à jour 16/06 : Dans un communiqué hier, le maire de St Nazaire David Samzun estime que la Ville a joué son rôle en demandant à l’Etat, dont c’est la compétence, d’étudier les demandes et besoins urgents. Par ailleurs, il parle d’un hébergement à venir et d’une “remise des clés dans les prochains jours” par le bailleur social Silène pour la famille évoquée dans l’interview.]

A écouter ci-dessous, notre interview lors de la manifestation ce 15 juin 2022. 

Portrait de Cécile Rolland

Cécile Rolland